Chien

On observera que, à l'instar du Coq, le chien en Chine, présente bien des caractéristiques communes avec la perception que l'on a en Occident, si ce n'est que nous n'avons pas intégré cet animal dans notre zodiaque. Pour les Chinois, au contraire, il est tout à fait représentatif d'un certain type de comportement et d'individu.

Ainsi, le natif du Chien est perçu comme un être fidèle, bien sûr, très attaché à ses habitudes, à son confort, aux personnes qui l'entourent et avec qui il vit, mais aussi angoissé, inquiet, toujours sur le qui-vive. Il vit souvent dans la crainte du pire. Il est fondamentalement pessimiste, voir fataliste, même s'il n'en donne pas l'impression. C'est la raison pour laquelle il déteste la solitude car, livré à lui-même, il sombre dans la mélancolie, broie du noir, dramatise jusqu'à se rendre malade.

Cette peur de la solitude le conduit à tout faire pour s'attacher les autres, pour être entouré d'affection. Son dévouement à ceux qu'il aime ne connaît pas de limite. Son besoin d'affection et de tendresse est immense. A tel point qu'il peut finir par lasser ses proches à force d'être omniprésent dans leur vie. Il a l'art de se rendre indispensable, de s'organiser pour qu'on ne puisse pas vivre sans lui. Ce dévouement sans borne n'est pourtant pas totalement désintéressé et finit souvent par devenir oppressant.

Doué d'un instinct sûr, qui lui permet de flairer les bonnes affaires avant tout le monde comme de deviner les intentions bonnes ou mauvaises d'autrui à son égard, il n'en possède pas moins un sens aigu de la communauté. On peut donc compter sur sa loyauté, sa droiture, son intégrité, quand il s'agit de faire cause commune ou de s'atteler à une tâche où les intérêts du plus grand nombre sont en jeu. Mais quelque soit l'oeuvre collective à laquelle il participe, il songe toujours à lui et à sa famille; il sait mettre de côté une poire pour la soif, à l'insu de tous ou dans la plus totale discrétion. Il n'est pas égoïste, mais il n'oublie jamais sa propre sécurité et celle des siens en cours de route. Son entourage peut donc compter sur lui, car il n'agira jamais à l'encontre de ses proches.

Le natif du Chien est pourvu d'un caractère entier, spontané, débonnaire, parfois sans nuance et rancunier, féroce même lorsqu'il se sent trahi, trompé, délaissé. Il a des réactions primaires, impulsives, irréfléchies, excessives surtout lorsqu'il se sent en danger, ou tout simplement quand on le dérange, quand on bouscule ses habitudes, et qu'on perturbe le calme et la tranquillité dont il a besoin pour se ressourcer.
En effet, quand il s'agit d'agir et de travailler, il ne se ménage pas. Il parait même infatigable . Il va jusqu'au bout de ses forces. Tant et si bien qu'à s'épuiser à la tâche comme si il se punissait lui-même d'on ne sait quelle faute, il finit par mettre sa santé en péril, et il lui faut souvent beaucoup de repos.

En amour, il n'y a pas plus fidèle que lui. Toutefois cette fidélité qu'il affiche et revendique en toute occasion peut se révéler étouffante, sa possessivité l'inclinant alors à adopter des attitudes tyranniques, à se monter soupçonneux, inquiet, à se rendre malheureux sans raison. Il a besoin d'aimer et d'être aimé sans complication. Il est sentimental, sensuel, très attaché à son partenaire mais, au fond, il a beaucoup de mal à croire à l'amour pur, qui dure toujours.
Seul son intérêt ou sa fascination pour les zones obscures du savoir peut l'aider à découvrir et à intégrer en lui une vision plus large, plus généreuse, moins exclusive, moins primaire des sentiments humains, et à le soustraire à son cynisme et à son pessimisme maladifs.